VEF Blog

Titre du blog : FORCE D'AVANT-GARDE DU PARTI DÉMOCRATIQUE GABONAIS
Auteur : UJPDG-France
Date de création : 19-10-2008
 
posté le 21-09-2011 à 01:16:38

Le Président Ali Bongo Ondimba appelle à plus de vigilance dans la lutte contre les maladies non transmissibles

Prenant la parole devant près de 120 Chefs d’Etat lors de l’Assemblée générale des Nations Unies qui s’est ouverte ce 19 septembre 2011, le Président Ali BONGO ONDIMBA a appelé à plus de vigilance sur le suivi des maladies non transmissibles (MNT) et sur le développement des cancers liés aux produits chimiques.
 

 

La lutte et la prévention contre les MNT – dont les quatre principales sont les maladies cardio-vasculaires, le cancer, les pneumopathies chroniques et le diabète – est l’objet de l’une des trois réunions de haut niveau de cette 66ème Assemblée générale.

Selon l’ONU, les MNT tuent trois habitants de la planète sur cinq et entraînent des dommages socio-économiques considérables dans tous les pays, en particulier dans les pays en développement.

Le Chef de l’Etat gabonais a rappelé à cette occasion que le Gabon avait entrepris plusieurs actions de lutte et de prévention contre les MNT depuis la déclaration de Libreville en 2008 sur la Santé et l’Environnement en Afrique.

« Le gouvernement gabonais a pris la mesure du problème et sa politique de santé publique se concentre sur la qualité de vie des Gabonais. Dans nos stratégies et programmes nationaux, ensemble avec le secteur privé et la société civile, l’accent a été mis sur la prévention et sur l’éducation aux modes de vie sains. Des mesures significatives sont en vigueur telles que la gratuité du dépistage du diabète et de l’hypertension artérielle, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, et la limitation de la consommation d’alcool. »

Le Président Ali BONGO ONDIMBA a également cité en exemple des actions de santé publique initiées par l’Etat gabonais, le projet de « sms diabète » qui vise à sensibiliser la population sur la connaissance et le contrôle du diabète.

Concernant les infrastructures de santé, il a également souligné les investissements en cours actuellement qui ont pour objectif d’améliorer l’accès à des soins de qualité pour tous les Gabonais. Si le Chef de l’Etat a plus particulièrement fait référence à la construction de l’Institut de cancérologie de Libreville et aux recherches du CIRMF (Centre International de Recherche Médicale de Franceville) sur la drépanocytose, c’est en fait toutes les infrastructures de santé du Gabon qui font l’objet d’un vaste programme de rénovation.

Le Président Ali BONGO ONDIMBA a également pris le soin de rappeler que des efforts étaient encore nécessaires pour améliorer durablement la qualité des soins offerts aux Gabonais : « de nombreux défis restent à relever. Le Gabon a besoin de plus de visibilité au niveau statistique pour orienter les programmes. Le Gabon plaide également pour des systèmes de surveillance épidémiologique efficaces pour un meilleur suivi de l’impact des maladies non transmissibles sur les plans sanitaire, social et économique. »

L’amélioration de l’accès à la santé pour tous est en effet l’un des axes prioritaires du projet de société du Président Ali BONGO ONDIMBA. Plusieurs mesures phares ont été mises en œuvre depuis son élection en août 2009 :

• Le renforcement de la lutte contre le paludisme et la tuberculose.

• La lutte contre le VIH/Sida : création de centres de traitement ambulatoire dans chaque province du Gabon, prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida, gratuité du dépistage, mise en place d’un programme d’achat des médicaments antiviraux et prévention à l’attention des jeunes.

• L’instauration de la couverture vaccination et de l’assurance maladie par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) pour tous les Gabonais.

• L’établissement, à terme, de la gratuité des frais d’accouchement.

• Le renforcement du service public hospitalier : amélioration de l’approvisionnement en médicaments, dotation en équipements et formation du personnel.

• La rénovation et la spécialisation des hôpitaux existants : chirurgie, traumatologie, santé maternelle et infantile, transformation du centre hospitalier de Libreville en CHU spécialisé en chirurgie.

• La création de nouveaux hôpitaux : institut de cancérologie à Libreville, CHU international à Lambaréné spécialisé dans la recherche et le traitement des maladies tropicales et du VIH/Sida.

Le Gabon compte ainsi un hôpital principal dans chacune des capitales régionales et cinq à Libreville.